Lexique complet de la sérigraphie industrielle


21 septembre 2020

chaine-impression-numerique-tip

Partagez cet article

Nous vous proposons de découvrir tous les termes liés à la sérigraphie industrielle pour mieux comprendre ce métier.

Sérigraphie

La sérigraphie (du latin sericum la soie et du grec graphein l’écriture) est une technique d’imprimerie qui utilise des pochoirs (à l’origine, des écrans de soie) interposés entre l’encre et le support. Les supports utilisés peuvent être variés et pas nécessairement plans (pvc, polycarbonate, polyester, polypropylène, textile, métal, verre, bois, carton, papier etc.).

Prépresse

La prépresse regroupe l’ensemble des opérations qui précèdent l’impression d’un document. Ces diverses opérations consistent à mettre en page et assembler des documents graphiques afin de produire des films qui seront clichés sur les écrans de soie. Les fichiers numériques sont ensuite acheminés vers une imageuse à films (CtF), ou encore directement à l’imprimante d’impressions numériques.

Clichage

Fait de clicher, opération par laquelle on fait un cliché pour la reproduction. Le film produit par le service prépresse est posé et insolé sur l’écran ou forme imprimante pour reproduire la forme souhaitée par nos clients.

Sérigraphie dite « aplat »

La sérigraphie dite à plat, se réfère au type de machine utilisée. Les machines d’impression à plat sont le plus souvent des ¾ automatique qui impriment de la feuille à feuille. Dans la majorité des cas et des machines à plat, un passage équivaut à une couleur, donc autant de couleurs que de passages.

  • Le point fort : la grande variété de supports possibles à l’impression et la possibilité de travailler des quantités moyennes comme plus importantes.
  • Le point faible : cadence d’exécution plus faible dûe à son mode de fonctionnement.

Sérigraphie dite « cylindre »

La sérigraphie dite cylindre, se réfère au type de machine utilisée. Les machines d’impression cylindre sont toujours des machines automatiques. Il existe les 2 versions, en feuille à feuille comme en rouleau. Comme pour les machines de sérigraphie à plat, les machines cylindre ont le plus souvent un passage pour une couleur.

  • Le point fort : pouvoir faire de forts volumes avec une cadence multiplié.
  • Le point faible : le format d’impression et le type de support limité ainsi que le volume minimum à produire assez élevé.

Sérigraphie dite « continue ou Roll to Roll »

La sérigraphie dite Roll to Roll se réfère au type de machine utilisée. Les machines d’impression continue travaillent toujours en automatique et en rouleaux à rouleaux. Le plus souvent utilisées pour de l’étiquette, ces machines sont construites de façon à n’avoir qu’un passage pour plusieurs couleurs. Le plus souvent entre 3 et 5 postes d’impressions. La finition et le façonnage se fait en ligne et au même moment que l’impression.

  • Le point fort : la cadence d’impression et le fait de pouvoir faire de très forts volumes.
  • Le point faible : sa longueur ce qui entraîne une gâche matière importante, le format d’impression et le type de matière très limité. Mais aussi le fait de ne pouvoir faire que de très forts volumes.

Façonnage

Le façonnage est un terme utilisé en imprimerie, en sérigraphie, en menuiserie, et en boulangerie. C’est un terme qui désigne dans un sens général une mise en forme. Le façonnage pour la sérigraphie ou l’imprimerie est l’étape finale de production avant emballage. Cette étape est la finition par la découpe ou la mise en forme des produits imprimés.

Façonnage dit « à angle droit »

Le façonnage dit « à angle droit » se réfère à la forme que l’on donne au produit final ainsi qu’à la machine utilisée pour cette étape.
La machine utilisée pour cette étape est un massicot. On peut voir cette machine comme une grosse cisaille à papier. Cette machine n’ayant qu’une lame unique et droite la découpe possible est inévitablement en angle droit. Pour livrer des produits rectangles ou bien carrées aux dimensions souhaitées par nos clients.

Façonnage dit « en forme »

La découpe en forme peut se faire de 2 façons différentes, par presse mécanique ou par table découpe numérique.
– Par presse mécanique, la découpe se fait par pression du support sur un outil de découpe bois ou méthacrylate ayant des lames coupantes en titane. C’est avec cet outil que nous obtenons la forme souhaitée du visuel. Il faut que les formes restent simples ou grossières.

  • Le point fort : la cadence d’exécution et le nombre possible important de matière.
  • Le point faible : la limite des formats à découper comme des formes à produire.

– Par table de découpe numérique, la découpe se fait en « kisscut » un petit cutter commandé par ordinateur avec un programme numérique vient découper votre matière avec une forte précision. Nous utilisons ce type de découpe pour du lettering ou des formes complexes.

  • Le point fort : forme et finesse de découpe très variées et automatisation du job.
  • Le point faible : cadence de découpe plus faible que sur une presse mécanique et nombre de matière plus limité.

Article rédigé par Martine B